Connexion client

Créer un PDF Recommander Imprimer

Tirer le meilleur parti du chiffre 2 avec Cinema 4D pour le compte de la BBC

2017-04-04_1358_smallDécouvrez comment Luke Carpenter a créé 58 plans en seulement quatre semaines pour une série de génériques diffusés par BBC 2

Par Duncan Evans

Lorsqu'à l’issue d’une série de sessions de remue-méninges l'idée de créer un énorme volume d'animations courtes en utilisant le numéro 2 surgit, vous devez vous assurer que le logiciel 3D que vous allez utiliser sera à la hauteur de la tâche à accomplir. L'idée était de placer le logo de la BBC 2 dans de nombreux scénarios et situations différents. Il pourrait alors être utilisé comme une carte de visite commerciale au sein des divers montages vidéo correspondants. Certaines des situations retenues étaient liées à l'art, d'autres étaient résolument drôles, voire plus abstraites. L'objectif était de trouver autant de déclinaisons que possible, en créant des images qui pourraient fonctionner lorsqu'elles étaient dispersées dans des vidéos susceptibles de changer chaque semaine. Le défi consistait à obtenir ces éléments de production dans un délai aussi court que possible.

J'aime la modélisation dans Cinema 4D. Je le trouve très simple et créatif sans parler de MoGraph qui rend la répétition des géométries vraiment très simple à créer.


Tout a commencé par une période de recherche et de développement de deux semaines pour éliminer les éventuels problèmes et autres impasses. Luke Carpenter, qui travaille dans la maison avec l'équipe créative de la BBC, a passé en revue les différents concepts, a proposé des idées concrètement réalisables dans le délai imparti. À la fin, Luke avait une liste d'idées vraiment neuves, évitant les redites passées tout en conservant le même sens de l'humour et la légèreté de ton des génériques précédents. Il admet bien volontiers que le projet impliquait beaucoup de travail, mais c'était aussi très amusant parce que l'équipe créative de la BBC lui avait donné beaucoup de liberté. Luke a ajouté quelques plans supplémentaires à ceux qui avaient été initialement convenus et, à sa connaissance, ils ont tous été retenus et sont donc utilisés. Il a ajouté : "J'aurais aimé pouvoir continuer. Dès que vous commencez à renter dans cette façon de regarder les choses, vous voyez des animations à base de 2 partout".

Du point de vue de la modélisation, le point de départ était le 2 générique utilisé tout au long du projet. Ensuite, il y avait environ 20 plans utilisant des modèles complètement nouveaux, qui devaient tous être créés dans Cinema 4D. Il y a notamment un plan de bibliothèque qui utilise des modèles achetés dans le commerce prêt à l’emploi pour les lampes et les chaises, car Luke n'a pas eu suffisamment de temps pour les créer. Pour les autres, c'était la vitesse et la facilité d'utilisation qui étaient le critère numéro un. Luke a expliqué : « J’aime la modélisation dans Cinema 4D. Je trouve cela très simple et créatif. Quant à MoGraph, il simplifie à l’extrême la création et la duplication des géométries dans l’espace 3D".

MoGraph a également été utilisé pour les plans dynamiques tels que les vases et les particules pyramidales. Il a également été utilisé pour modeler la sculpture 2 qu’on peut voir dans la galerie.

D'autres plug-ins ont été utilisés pour aider à créer les effets liquides et de particules tels que ceux qu’on peut voir dans le plan intégrant un vase de poterie explosif. Luke a révélé comment cela a été fait, "Le remplissage de la peinture et la peinture dégoulinant sur le 2 sont assurés respectivement par X-Particles et RealFlow. Les autres ont utilisé des images issues de librairies commerciales. Le vase a été créé dans Cinema 4D, découpé manuellement puis déposé dans un objet fracture. Une propriété dynamique a été ajoutée et l'un des 2 modèles a été enfin placé à l'intérieur alors ... Bang ! C'était très simple à faire. Les particules petites et moyennes ont également été créées de cette façon en utilisant un simple cube. Les particules fines et la fumée étaient issues de librairies commerciales."

Nombreux sont les plans qui mélangent images de synthèse et tournages en direct, ce qui nécessite le recours au système de tracking de Cinéma 4D pour les composer. Heureusement, du point de vue du gain de temps de production, c'était réellement très facile à faire. Luke a expliqué à quel point il était simple d'utiliser cette technique : "Il semble que cela fonctionne très souvent avec un très petit nombre d’ajustements au niveau des paramètres. C’est aussi très facile d’incorporer les éléments de type nuls dans After Effects, ce qui est là aussi un gain de temps considérable".

Une partie importante de ce qui a permis de boucler 58 prises de vues en quatre semaines seulement réside dans le pipeline rationalisé entre Cinema 4D et After Effects. Luke nous explique pourquoi ce dernier fonctionnait si bien : « Cela fonctionne comme un rêve. J'utilise le flux de travail traditionnel à base d’exportation des projets. Je trouve que c’est la façon la plus solide de travailler, en particulier avec le tracking. Je rends les images au format TIFF car ils sont non seulement de très bonne qualité, mais aussi très faciles à compresser, ce qui s’avère nécessaire quand on doit archiver le projet pour stockage à la BBC ".

Même si le calendrier de bouclage de l’intégralité des plans était très serré, il y avait encore un peu de temps disponible pour un peu d'amusement, notamment avec une guest star inattendue. Luke nous raconte l'histoire : "Le plan le plus amusant est sans conteste celui où apparait l’escargot. Il pleuvait un jour, et après avoir vu un escargot à l'extérieur, j'ai décidé d'utiliser le petit gars comme acteur et de lui donner ses deux secondes de gloire ! Il était assez imprévisible, mais sans compromis pour dire le moins et quiconque pense que les escargots se déplacent lentement se trompe. Je me suis détourné un instant pour ajuster la caméra et cela a suffi pour qu’il se retrouve hors du bac à glace, en route vers la porte. Il a été remercié avec une salade prise dans le frigo pour sa participation amicale et les ennuis subis".

L'ensemble des pastilles de générique atteint une durée totale de 50 secondes de film. Les images ont été rendues en HD sur un Mac Pro Black de base, six CPU avec 64 Go de RAM. La vitesse de rendu du logiciel a permis de créer sans aucune difficulté des images-tests avant rendu final pour assurer une qualité qui soit la meilleure possible. Luke résume ainsi l'utilisation de Cinema 4D pour ce projet : "Je trouve pour ma part que c'est le meilleur outil de prévisualisation qui soit sur le marché actuellement. Il est très rapide et permet de proposer rapidement des idées et autres concepts. Comme beaucoup d'autres infographistes spécialistes de l’animation, je l'ai même utilisé pour concevoir et prévisualiser l'extension de mon appartement ! "


Toutes les images sont gracieusement fournies par Luke Carpenter.

Luke Carpenter Site Web:
Www.lukecarpenter.com

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Maxon_Centre

CG_official-partner_logo_color_JPG

Images du moment

Paiement sécurisé