Laissez-nous un message !


Nous sommes absents pour le moment, mais si vous nous laissez un message, nous y répondrons le plus vite possible ;)

Laissez-nous un message !

Dans les coulisses des scènes de Pokémon Détective Pikachu avec Cinema 4D

Publié le : 04/02/2020 09:48:16
Catégories : Autour de la 3D Rss feed , Cinema 4D Rss feed , Évènements Rss feed , French Cinema 4D Rss feed , Mediaworks Rss feed

Dans les coulisses des scènes de Pokémon Détective Pikachu avec Cinema 4D

Il est difficile, à différents égards, de tenter de décrire l’intrigue de Pokémon Détective Pikachu, le premier film d’action Pokémon. Il suffit d’imaginer Ryan Reynolds prenant la forme d’un Pikachu, un chapeau anglais sur la tête, et qui s’avère être un grand détective. Mais il ne peut parler qu’à un seul humain : Tim Goodman (Justice Smith), un vendeur d’assurances de 21 ans qui vient de perdre son père dans un accident de voiture à Ryme City, une ville où humains et Pokémon vivent ensemble paisiblement.

Il est important de s’en souvenir car le monde des Pokémon (cartes à collectionner, BD, jeux vidéo, films) tourne autour de la capture, de l’entraînement et du combat de ces étranges créatures. Ceci nous amène aux Territory Studios, le lieu incontournable pour la création d’interfaces utilisateurs personnalisées et d’atmosphères feutrées pour les films futuristes et de science-fiction, comme Ghost in the Shell et les Gardiens de la Galaxie.

Ry Close, de Territory, a été le premier créatif et le directeur artistique de Pokémon Détective Pikachu, et sa petite équipe a principalement utilisé Cinema 4D et After Effects pour travailler sur toutes les scènes du film, et particulièrement les graphiques à l’écran de Rhyme City. Voir l’IU de Territory ici.

Création d’une IU pour le Labo PCL

La vague initiale de popularité des Pokémon datant d’avant l’époque de Ry, il était conscient que « Certains des gars au studio étaient clairement de grands fans du jeu et connaissaient les capacités de chaque Pokémon, et cette connexion a rendu le travail encore plus amusant ».

La première tâche de l’équipe a été le labo PCL de Ryme City, un lieu secret où une scientifique, le Docteur Ann Laurent, effectuait des recherches scientifiques sur les Pokémon afin d’améliorer leurs aptitudes au combat. La société britannique MPC (Moving Picture Company) a fourni les fichiers 3D de trois des personnages Pokémon : Amphinobi, Torterra et Mewtwo. L’équipe de Territory a eu recours à Cinema 4D pour améliorer ces trois personnages, bien qu’au départ, Mewtwo ait été le seul personnage à être intégré dans l’interface utilisateur afin d’apporter à l’intrigue. Voir l’interface utilisateur futuriste animée du PCL Lab ici.

Ces ressources statiques étaient idéales pour une utilisation sur les écrans d’analyse du labo. « Les écrans représentent des statistiques importantes dans le processus d’amélioration des personnages, de même que certaines commandes qui modifient l’éclairage, la température et l’humidité des enceintes », explique Ry Close. Pour plus de clarté, Territory a créé deux types d’écrans différents, l’un affichant les conditions normales, l’autre pour les urgences, avec des signes d’alertes rouges.

D’autres interfaces aperçues dans le laboratoire affichaient l’analyse biométrique, les hélices d’ADN de Pokémon, la technologie médicale et les systèmes de bases de données. L’interface utilisateur futuriste animée est visible ici. Pour obtenir le visuel souhaité, l’équipe de Close s’est servie d’Illustrator pour la création et la conception et d’After Effects pour la composition. Le plug-in Real Glow lui a permis d’améliorer les effets néon en apportant une correction optique d’atténuation de l’éclairage, pour une atmosphère plus réaliste et nuancée.

Conception de graphiques de combat

Une autre scène majeure sur laquelle Territory a été amenée à travailler est l’arène de combat Pokémon, un club de combat souterrain clandestin. Tournée en réalité dans la salle de concert Roundhouse de Londres, la scène a simplement été optimisée par ordinateur pour « donner l’impression que quelqu’un l’a programmée la veille au soir depuis son lit », indique Ry Close. En plus de créer des graphiques pour les murs d’affichage de scores, d’annonces, commentaires sportifs ainsi que de replays, Territory est également à l’origine de plus petites interfaces utilisateurs futuristes comme des écrans pour iPads, panneaux et murs.

Afin de délibérément conférer une touche rétro à certains affichages, Territory a parfois ajouté un démarrage de type système d'exploitation à l’écran d’intro. La police principale était choisie par le client et l’équipe a utilisé des couleurs scintillantes et des fréquences d’images spécifiques afin de compléter le style et l’atmosphère. En tout, Ry Close a créé plus de 60 écrans de combat distincts pour qu’ils soient utilisés sur le tournage, un pour chaque mouvement de combat effectué par le Pokémon, couvrant ainsi toutes les éventualités et offrant des effets visuels d’une souplesse maximale.
 

Donner vie à Ryme City

Territory a également créé un vaste ensemble de graphiques d’écran supplémentaires et une interface utilisateur futuriste pour donner vie à Ryme City, y compris des publicités LED, diverses signalisations, des panneaux interactifs, des écrans d’ordinateurs portable pour le poste de police… Afin d’assurer une présentation cohérente, Ry Close et son équipe ont collaboré étroitement avec le service artistique dédié du film.  

Ry Close et son équipe ont été heureux de travailler sur Pokémon Détective Pikachu, un projet qui les a un peu changés de l’univers plus sérieux de la science-fiction et des opérations militaires dont ils ont l’habitude, mais qui pour autant, n’a pas été des plus simples à réaliser : « Ce type de projet est un bon exemple des défis auxquels on est confronté lorsque l’on travaille sur plateau en intégrant les écrans dans les prises du tournage », a-t-il expliqué.

S’il est très excitant et passionnant d’avoir des personnages et des décors intéressants, ainsi qu’une bonne intrigue, l’équipe a néanmoins travaillé de longues heures, y compris très tôt le matin, afin de créer des graphiques en coulisses pendant le tournage du film. « Les délais se comptaient parfois en minutes pendant qu’un nouveau décor était installé pour la scène suivante », a ajouté Ry Close. « Je devais travailler rapidement sur le plateau afin d’opérer de petits changements de réalisation pour tout enregistrer et restituer et enchaîner les scènes. Mais cela a été un superbe challenge de créer des visuels plus ludiques et drôles. »

CRÉDITS :
Direction artistique 

Chef décorateur: Nigel Phelps
Directeur artistique : Ben Collins

Territory
Directeur de la création : Andrew Popplestone
Créateur en chef : Ryan Close

Distribué par Warner Bros.
Références : art conceptuel, modèles 3D et typographie par MPC

Duncan Evans est un auteur freelance britannique.