Bonjour, puis-je vous aider ?

The Great C : un court-métrage post-apocalyptique en RV avec Cinema 4D

Publié le : 12/03/2020 11:26:39
Catégories : Autour de la 3D Rss feed , Cinema 4D Rss feed , Évènements Rss feed , French Cinema 4D Rss feed , Mediaworks Rss feed

The Great C : un court-métrage post-apocalyptique en RV avec Cinema 4D

Grâce à la disponibilité de casques de RV à prix abordable, tels que l’Oculus Go, n’importe qui peut se plonger dans le monde de la réalité virtuelle sans avoir besoin de matériel supplémentaire. Néanmoins, seul un petit nombre d’expériences de RV bénéficie de tous les avantages de la RV. C’est précisément pour combler cette lacune que le studio de réalité virtuelle Secret Location, fondé en 2008, s’est spécialisé dans le mariage d’une technologie de RV de pointe et des récits traditionnels. Leur talent en la matière a été démontré en 2015 avec leur production Sleepy Hollow, la toute première expérience de RV au monde qui s’est vue récompensée par un Primetime Emmy Award !

Avec leur court métrage en RV « The Great C », Secret Location a pour ambition de repousser les limites des possibilités de récit en RV, dépassant ce qui a déjà été fait et offrant ainsi une expérience de RV inoubliable. Ce projet a demandé environ un an de travail. Au démarrage, l’équipe avait imaginé une réalisation beaucoup plus interactive, semblable à un jeu dans lequel le personnage serait contrôlé. Mais au fur et à mesure du développement, il est apparu évident qu’une présentation cinématographique serait plus adaptée pour cette expérience guidée par une histoire. L’idée de créer un court métrage combinant les possibilités de la technologie de RV et la production de film traditionnelle était née.

Réimaginer un classique de la science-fiction en RV

The Great C est basé sur la nouvelle du même nom, qui a pour auteur Philipp K. Dick : le film se passe dans un futur post-apocalyptique où l’humanité a quasiment été entièrement éradiquée. Les derniers humains vivant sur la planète mènent une existence primitive, répartis en petites tribus, et gouvernés par un superordinateur tout puissant nommé The Great C. Chaque année, l’ordinateur force la tribu à sélectionner un homme parmi ses membres et à l’envoyer à la mort pour apaiser The Great C.

Pour rendre l’histoire plus intéressante pour l’adaptation en RV et pour un public plus large, différents changements ont été nécessaires. Le roman original étant plutôt court et n’incluant qu’un nombre limité de personnages, l’équipe de Secret Location a décidé d’ajouter de nouveaux personnages ainsi que de nouveaux rebondissements. Le plus important parmi ces nouveaux personnages est Grey, un cyborg serviteur du Great C qui suit Tim, le personnage principal, dans son périple et le précipite dans des situations dangereuses. Tim est accompagné de sa fiancée, Claire, et ensemble, ils vont rencontrer Grey à plusieurs reprises. L’ajout de Claire a aussi permis d’insérer une histoire d’amour dans le film. « En adaptant le roman à la RV, il était important pour nous de rendre l’histoire plus dramatique et de la rallonger », explique Luke van Osch, producteur de The Great C.

La RV étant un média relativement nouveau, l’équipe n’avait pas vraiment de références d’expériences de RV cinématographiques sur lesquelles s’appuyer. « Notre méthodologie a simplement consisté à regarder des films pour nous en inspirer, à utiliser notre instinct pour déterminer la manière dont le langage cinématographique pouvait être transcrit en RV, après quoi nous avons testé nos théories encore et encore afin d’identifier ce qui fonctionnait vraiment », indique Andre Otley, artiste 3D confirmé chez Secret Location.

Pour ce faire, les artistes dédiés à l’environnement ont d’abord créé plusieurs décors dans 4D et les ont importés dans Unreal Engine. L’apparence et l’atmosphère de chaque scène ont ensuite été testées à l’aide d’un ensemble de visionneurs test non impliqués dans le projet. Il en est ressorti, entre autres, que les mouvements de caméra dérangeaient moins les spectateurs que prévu. Cela signifiait que l’équipe pouvait utiliser des éléments cinématographiques tels qu’une caméra tournant autour du personnage principal.

Il s’est avéré particulièrement difficile de guider l’attention du spectateur et la direction de visualisation en RV de manière naturelle, de sorte qu’il ne perde aucun élément de l’histoire. Afin de fournir au spectateur une orientation visuelle au sein de la scène, Secret Location s’est concentré sur le mouvement de la caméra, s’assurant que l’action se déroulait toujours à un angle de 180° par rapport à la caméra, en évitant les écarts d’axe pour les coupes. Pour certains plans, ils ont aussi utilisé une légère profondeur de champ ou du brouillard afin de détourner l’attention du spectateur de l’arrière-plan. Ces astuces ont permis de renforcer l’histoire à l’aide de coupes, sans perturber le spectateur.

Cinema 4D et Unreal Engine main dans la main

Le pipeline 3D pour ce projet a compris Cinema 4D, Modo et Unreal Engine. Les ressources personnalisées telles que les immeubles démolis ou le lieu de la scène finale ont été entièrement créés dans Cinema 4D, alors que d’autres ressources ont été créées dans Modo. Avant de procéder à l’export vers Unreal Engine, les artistes ont importé la plupart des ressources Modo dans Cinema 4D afin de réduire leur complexité grâce à l’outil de réduction de polygones introduit dans Cinema 4D R19.

« C’est devenu vraiment essentiel plus tard dans le projet, une fois toutes coordonnées UV mappées et l’optimisation devenue une priorité. Nous pouvions conserver les UV et les formes globales, tout en réduisant le nombre de polygones et en les ramenant ensuite dans Unreal sans que les modèles deviennent radicalement différents », indique Andre Otley.

L’excellente facilité d’utilisation de Cinema 4D, les outils polyvalents de MoGraph et la fonction de Fracture Voronoï ont rendu les conditions de création des divers environnements idéales: la fonction MoGraph, en particulier le Cloneur, a été utilisée pour répartir les immeubles et autres ressources du paysage dans les scènes, qui ont ensuite été fragmentées à l’aide de l’objet Fracture Voronoï afin de créer une atmosphère post-apocalyptique. L’équipe de Secret Location a également utilisé la fonction Fracture Voronoï pour créer l’animation des logos pour « The Great C ».

Parmi les autres défis à relever, figurait simplement la production d’un volume de contenus suffisant pour proposer une histoire captivante, et aussi le travail avec une boîte à outils logicielle diverse afin de donner les moyens aux artistes de travailler à la fois vite et bien », explique Andre.

Le rôle multidimensionnel joué par Cinema 4D dans le processus de production a été une évidence, même une fois le travail sur la plupart des ressources et environnements achevé. Andre l’explique: « Vers la fin du projet, il y avait une scène au cours de laquelle l’un de nos personnages écarte un fil suspendu. L’équipe en charge de l’animation du personnage dans Maya rencontrait des difficultés pour que cela rende bien dans le délai imparti et l’équipe artistique a eu la chance de s’y atteler, puisque la plupart des environnements et des accessoires étaient finalisés à ce moment-là. Je savais que cela serait facile à faire avec des Splines et une propriété dynamique cheveux dans Cinema, mais je savais aussi que l’animation devait être articulée pour être intégrée dans Unreal. Or il existe une fonction « Convertir la Spline en articulations » au niveau des outils personnage ! Cela a donc pris très peu de temps d’obtenir une version correcte, ajustée et intégrée dans la machine. Cela a vraiment été un grand moment de constater à quel point Cinema 4D m’a permis de créer le contenu dont j’avais besoin. »

The Great C est disponible sur Steam, l’Oculus Rift store et Viveport ainsi qu’une version pour Samsung Gear VR, Oculus Go et Google Daydream

Site Web de Secret Location

secretlocation.com